Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 09:44

Quand un verre à la main, guilleret, je titube,

Mille feux fraternels scintillent dans mes yeux,

Ma langue se délie, égayant le bitume,

J’imagine à foison un monde merveilleux…

 

Dessinant les contours d’un lendemain possible

J’accueille l’étranger quelque soit sa couleur,

Je le baptise frère et chemine sensible

Sur le fil de sa vie ému par sa chaleur…

 

La paume sur le cœur comme les soirs de fêtes,

Pour abroger la haine, ensemble mes amis,

Dans l’amour bâtissons à l’abri des tempêtes

Un oasis de paix où tous seraient admis…

 

Emporté par l’élan, du geste à la parole,

De partager le vin, le pain et l’amitié

Loquace et plein d’espoir sur les mots je m’envole,

Je chante et puis je trinque éméché pour moitié…

 

Et même si je sais que souvent j’affabule,

Exaltant sur l’instant la joie au quotidien,

Je ne peux m’empêcher d’être ce funambule

Qui s’enivre et qui boit pour oublier le sien…

Partager cet article
Repost0

commentaires