Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 11:56

 

Je connais des ailleurs où l’on parle à voix basse,

Où l’on rase les murs tandis qu’une ombre passe,

Là-bas, un geste, un mot peuvent être fatal,  

Là-bas, la terreur fuse en éclats de métal,

Seul résonne, sans fin, le langage des armes,

Les trottoirs sont tachés par le sang et les larmes…

Je parle de pays que nous ignorons tous

Où gouvernent des chiens plus cruels que des loups, 

Où la vie est pendue à l’humeur versatile

Des fusils. Là-bas, il faut être servile,

Soumis, courber l’échine et ne pas larmoyer

Sur son sort, sur les morts, ne pas se fourvoyer

Sur le sens de la vie et des choses sordides,

Là-bas, il faut survivre à des tyrans perfides,

Ramper comme des rats et prier à genoux ;

Là-bas, c’est à côté, si près, si loin de nous…

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> Bonjour,<br /> <br /> <br /> je trouve ce poème très beau. Il est musical et fluide mais la réalité qu'il exprime ( bien que l'Histoire et les informations nous l'apprennent souvent) reste terrifiante, glaçante.<br /> <br /> <br /> Pour moi, ce poème nous enjoint, sinon à agir pour ces gens qui souffrent de la folie tyrannique ( ce qui n'est pas forcément possible); du moins à savoir goûter et apprécier notre bonheur à<br /> nous, par respect et pour que la vie garde un sens<br />
Répondre
F
<br /> Des endroits, des lieux, investis par la terreur, la bêtise de quelques hommes qui n'ont aucune conscience de l'Autre, pas plus que d'eux-même!<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Des ailleurs, des endroits si nombreux sur terre Fred, la bêtise humaine n'a pas de limite..<br /> <br /> <br /> Amitiés poétiques<br /> <br /> <br /> <br />