Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 00:11

Merveilleux voyageur, conquérant de la terre,

Racé, riche en tanins, largement charpenté, 

Des terroirs et caveaux, monarque incontesté,

Anoblissant du vin l’auguste ministère…

 

D’une belle stature au noble caractère,

Cabernet-Sauvignon, avec intensité,

Dévoile de son corps l’ample complexité

Dont la robe fauve attise le mystère…

 

Nuances de cassis, framboise et confiture…,

De ses bouquets cachés révélant la nature,

Embaument de leurs soins son essence charnelle…

 

D’une touche boisée arrivant sur le tard,

L’élevage en barrique assouplit son nectar

Et en parfait le goût d’arômes de cannelle…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:53

Fragrances de laurier, mélange de réglisse,

D’eucalyptus, de mûre aux bouquets épicés,

S’exaltent du cristal maints parfums prononcés,

J’en respire déjà l’ineffable délice… 

 

Violette, une larme, ondoyante et complice,

Enlumine mes yeux de reflets nuancés,

Et m’offre l’avant-goût des plaisirs annoncés

Dont mon nez, aguiché, s’enivre avec malice…

 

Arôme, mis en bouche, extrêmement fruité,

Corps robuste, charnu, puissant et charpenté,

Équilibre parfait dont le vin s’empanache… 

 

Sortilège des sens, du divin le relais,

Un joyau mirifique embaume mon palais,

Liquide et capiteux se nomme le grenache…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:51

Arbuste légendaire aux phalanges râpeuses,

L’automne flamboyant, ô ! Cep, roi des coteaux,

Nimbé de pourpre et d’or, te lègue ses manteaux

Et pigmente les fruits de tes grappes pulpeuses…

 

Humble, le vigneron, épris de ta culture,

Vendange avec respect les raisins précieux 

Que l’argile calcaire et l’éclat des cieux

Ont nourris de chaleurs rehaussant la nature…

 

L’œnologue, alchimiste, assemble, avec ferveur,

Du grenache au gamay l’ineffable saveur

Exaltant les bouquets de la noble racine…

 

Le maître des caveaux, dans l’ombre, de son art,

Façonne le raisin pour en faire un nectar

Dont l’occulte secret depuis toujours fascine…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:49

Sur l’aile des tanins, vers l’astre impétueux,

Libre, je m’évapore émoustillé mais digne

Éprouvant du charnel la connaissance insigne,

Le nectar dans mon corps coule voluptueux…

 

S’éveille sans passé le cercle vertueux,

Des valeurs de l’amour entrevoyant le signe,

J’ai butiné le fruit aux sarments d’une vigne,

De l’ivresse, cueilli les bouquets somptueux…

 

Nourri par le soleil, de terre et sédiments,

Le pampre du raisin, de chaleureux pigments,

Élabore l’élixir dont mon âme raffole…

 

D’ambre vermeil, le sang de l’étrange liqueur

Réchauffe sensuel ma conscience et mon cœur,

Vers des mondes nouveaux, bienheureux ! Je m’envole…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:47

Nectar, le jus parfait de l’aile du divin,

De précieux grenats comme d’ardeurs liquides,

Coule et remplit la coupe aux cristaux translucides

Dont le sang écarlate éclaire le devin…

 

Du céleste à la terre, affranchi du ravin,

D’allégresse, le cœur, de ses bouquets hybrides,

Respire du flacon les fragrances splendides

Par la teinte, aviné, frôle l’âme du vin…

 

Le fruit, de pourpre et d’or, du soleil l’ambroisie,

De fabuleux tanins, fête la poésie,

Lyrique, son aubade enchante le conscrit…

 

Ressuscitant la joie et de l’espoir l’envie,

La vigne porte en soi l’essence de la vie,

Humble, le vigneron en préserve l’esprit…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:40

Anoblisant sa robe aux spectres lumineux,

S’évadent les tanins, du cep, l’effluve ultime,

L’odorat, de sa cuisse, avec finesse, estime

Les senteurs qu’ont mûries des terroirs résineux.

                                                                       

Alors, l’œil se distrait du cuivre alumineux,

Sous le charme de l’ambre, insoumise victime,

L’âme s’offre une ivresse immanente à l’intime

Qui comble de la mort l’aven vertigineux

 

Au carrefour des sens, quand l’homme s’extasie,

Vient le geste attendu, la lèvre et l’ambroisie

Épousent le cristal d’un baiser fastueux.

 

Admirable, le vin m’offre son florilège,

Allègre, mon palais succombe au sortilège,

S’essaime dans ma gorge un soleil somptueux !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:38

Affable préambule au divin récital,

Délicat, le poignet, de gestes circulaires,

Allège le nectar de ses pigments solaires     

S’exaltent les senteurs de son terroir natal.

 

D’une larme, le vin embrase le cristal,

De la coupe limpide aux sonorités claires

S’évadent capiteux les bouquets exemplaires,

L’œil célèbre, enjôlé, son cuivre végétal.

   

Puis, le nez détermine, avec soin, l’opulence

Intime du cépage en quête d’excellence

Et perce les secrets du suave fleuron.

 

Aux papilles, le corps récite sa faconde

Et dévoile son âme abondante et féconde,    

Fidèle expression de l’art du vigneron.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:37

Du Grenache aux tanins aguicheurs de papilles

J’hume le caractère immuable et boisé

Dont j’encense le corps, par l’effluve grisé,

  Du plaisir, je ressens les maintes estampilles.

 

En bouche, la Syrah, louange la garrigue,

Cette argile calcaire aux arômes flatteurs,

 Mélisse et rubis noirs, en parfaits serviteurs 

Épicent l’élixir qui dans mon sang s’irrigue.

 

Saturé de soleil et d’embruns maritimes,

Trapu le Carignan, aussi franc que fruité,

Embaume mon palais de sa maturité

Et m’énonce l’ampleur de ses bouquets intimes.

      

Contemplant le Muscat, sa robe d’ambre ocrée,

Oracle de mes sens, mon œil se réjouit,

Suave et sensuel, son cuivre m’éblouit,

J’en sirote amoureux la finesse sucrée.     

 

Modeste le Merlot déclame dans mon verre

Ces coteaux rocailleux que la vigne nourrit,

La beauté du terroir par l’ascèse mûrit,

 J’en goûte les trésors sous son aspect sévère.

 

  Comme pris de vertige au sommet de l’ivresse,

Je célèbre, du cep, le nectar étonnant,

L’ineffable alchimie au pouvoir détonnant

Qui calme mon mal-être avec soins et tendresse. 

 

          N’en déplaise aux censeurs, bienheureux je m’avine

Et le souffle égrillard je m’envole léger

En trinquant à l’amour, ce message en danger, 

Dont le vin retransmet la parole divine... 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:35

Compagnon, tourmenté par le sens de la vie,

Si tu veux de ce monde acquérir le meilleur,

De mille petits riens ressuscite à l’envie,

A l’automne, du cep, deviens le grappilleur !

 

De ce buste noueux, avec délicatesse,

Cueille le fruit prodige aux reflets, d’ambre, ocrés,

Qu’argileuse, la terre a nourri de tendresse

Et respire en gourmet ses arômes sucrés.

 

Goûte le boqueteau d’épices sans délais,

De son jus, les saveurs dont la grappe regorge,

Laisse fondre un par un ses grains dans ton palais

Et couler doucement sa pulpe dans ta gorge.

 

De t’être énamouré des trésors de la souche,

Tu penseras songeur : « Est-il concept plus beau

Que la chair du raisin dont le cépage accouche,

Qui du simple et du vrai me fait voir le flambeau ? »

 

Libéré des aigreurs que l’énigme dispense,

De l’ivresse éprouvant l’extase à méditer,

Languide, ton esprit trouvera récompense,

Tous tes sens lui diront, leurs plaisirs d’exister…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:32

Constant et rigoureux mû par la passion,

Le maître des caveaux, dans l’ombre bénéfique,

Élabore en secret l’élixir mirifique

Et flatte les saveurs de son émulsion…

 

L’excellence pour règle, unique obsession, 

Du cépage choisi, boqueteau prolifique,

Il élève la chair de façon spécifique

Et du vin affranchit l’intime expression…        

      

Il en sculpte le goût avec délicatesse,

D’arômes pénétrants lui donne robustesse,

D’en façonner le corps, il produit un nectar…

 

Émérite désir de la chose à parfaire,

Le travail prend son sens lorsque le savoir-faire,

De science et talent, s’érige au rang de l’art…

Partager cet article
Repost0