Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:31

 Nourrit d’imaginaire et de persévérance,

Savoir-faire ancestral toujours renouvelé,

Fidèlement, de père en fils accumulé

Sublime passion, source de tolérance…

 

Louange de l’effort, ineffable espérance,

Art, quête du Graal, du goût inégalé,

Délicat façonnage, avec soin contrôlé,

Émoustillant du fruit épice et fulgurance…  

 

Des cépages, parfaite assimilation,

Dans l’obscur, s’accomplit la macération,

S’exalte, du bouquet, la fleur délicieuse…

   

       De l’œuvre, l’admirable, effleurant le divin,

Insensible, le temps enlumine le vin   

Et transmute en plaisir l’essence précieuse…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:28

Cru racé, délicat, d’une chair fine et dense,

Ses arômes sont francs, d’une extrême rondeur,

Capiteux et fruités, son nez est très intense,

Veloutés, ses tanins déclinent sa splendeur…

 

Charpenté, ce vin, d’une belle carrure,

Ressemble, généreux, aux hommes du terroir

Qui de soins l’ont nourri façonnant sa parure,

Leur terre pour racine et le ciel comme miroir…

 

Fils des coteaux schisteux, argilo-calcaire,

Son corps ne manque pas de personnalité,

Enfanté dans l’effort, témoin d’un savoir-faire,

Sa robe couleur fauve en nomme la beauté…

 

Est-il un art plus grand que la viticulture

Et plus juste travail que celui des saisons,

Dont le père transmet l’amour de la nature

En regardant du cep les vertes floraisons… ?

 

     Ô ! Sublime ambroisie offre moi ta caresse,

Laisse-moi me griser de tes charmes impromptus,

Du meilleur de ce monde apporte-moi l’ivresse,

Avine tous mes sens de tes nobles vertus…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:25

  

Amalgame étonnant aux reflets pigmentés,

Aussi puissants au nez que racés mis en bouche,

Des terroirs schisteux enluminant la couche,

Ils charment les palais de leurs corps charpentés…

 

Cépages merveilleux par l’automne fêtés,

Cabernet-Sauvignon à la sève mythique 

Du muscat liquoreux à la syrah tonique,

Altesses des coteaux dont les grains récoltés, 

    

D’un intense bouquet au caractère fruité

Et arômes boisés du Mourvèdre au Grenache,

Du Cinsault au Carignan avec soin et panache,

Élevés, façonnés, plein d’authenticité,

 

 Les crus du Languedoc, d’une forte identité,

Amplement parfumés de tanins et d’épices,

Objets d’un long travail sous les meilleurs auspices,  

Ont conquis leurs galons de par leur qualité…

 

Amateur éclairé de les avoir goûtés,

De l’amer au sucré caressé des papilles,

D’en avoir dégustés, longuement, les grappilles,

 Tu chanteras le nom de ses vins réputés…

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:23

Terroir, aride, abrupt, parcelles cultivées,

De l’œuvre l’admirable, étroits plateaux schisteux,

Bordés de murs anciens, parapets graniteux

De pierres par l’humus, l’eau, le gel, délavées…

 

Roches par le limon l’une à l’autre rivées,

Pour du cep cultiver le raisin capiteux,

Que d’efforts, de sueurs, d’épuisements coûteux

De travail assidu sur les rampes élevées…

 

Sur les coteaux pentus de l’âpre paysage,

De père en fils, gardien de la tradition,   

Seul, l’homme de ses mains, avec précaution,

Peut du vieux Carignan élever le cépage…

 

Généreuse, la souche exposée au midi,

Délivre avec vigueur le meilleur d’elle-même

Et récompense ainsi la vigilance extrême

Dont le viticulteur l’alimente, ébaudi…

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:18

Quelque soit la saison, les caprices du ciel,

C’est le front buriné par l’ardeur du soleil,

Qu’à sa terre, attaché, tout le jour il s’échine

Et cultive le fruit de la noble racine…

                                                                    

De sueurs et d’efforts, il nourrit le terroir

Sur lequel avant lui, du matin jusqu’au soir,

Son père a besogné durant des décennies,

Préservant ses valeurs des lâches calomnies…

                                                                          

De courage et d’amour, d’un respect vertueux,

De la taille exaltant les rameaux somptueux,

Attentif aux raisins lorsqu’il fait les vendanges,

Il prodigue ses soins aux noueuses phalanges…

 

De la souche, le fils ! De la treille, l’amant !

Vigneron avant tout, le cep, ce diamant !

Dans son cœur a gravé, de tanins, son empreinte,

Et l’ivresse le prend en sa sanguine étreinte…

 

De Bacchus le disciple ! Alchimiste divin,

Dans ses foudres de chêne il façonne le vin,

Estimant son labeur, à la fois grave et digne,

A jamais orgueilleux d’être un gueux de la vigne…

Partager cet article
Repost0